Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 17:25

Le GRETA Béarn et Soule vient de mettre sur pied la première session universitaire des " Métiers du forage ", sur le site de Lescar, avec le concours de Wellstaff, de l'EFF, de l'Université de Pau et des pays de l'Adour, de la Technopole Hélioparc...A part les formations d'ingénieur de l'Institut français du Pétrole, il n'existait rien en ce domaine en France. Il est vrai que tous les contracteurs de forage ayant une importance internationale, la Languedocienne Forenco, Forex et Forasol ont tous été absorbés par des sociétés plus importantes et internationales...Elles avaient prit naissance enAlsace et dans le Bassin Parisien, avaient prit de l'importance à Lacq et un peu dans les Landes, enfin le pétrole du Sahara français, puis Algérien, en avait fait des grands...mais quand la confrontation avec les sociétés internationale commença elles durent, petit à pêtit, s'incliner...le régime social français était trop lourd et la mentalité du personnel français ne lmeur permettait pas de rivaliser...A l'heure actuelle, les quelques contracteurs français sur le marché national voient des forages d'exploration pour rechercher du gaz de shiste et, éventuellement expoiter ce dernier, se pointer à l'horizon...hélas, il n'y a guère de personnel compétent pour mettre en oeuvre les appareils pour la simple raison qu'on en a pas formé depuis des décennies...seul le personnel d'encadrement de ces sociétés ont une certaine expérience, le personnel d'exécussion est composé d'intérimaires mais, ces métiers sont d'une technologie avancée et dangereux, voir très dangereux...il faut donc du personnel formé !...mais ces métiers demandent un état d'esprit spécial, il faut que le travail passe avant tout, que l'on puisse ignorer les fêtes, y compris les fêtes de famille...la sécurité exige une présence 24 heures sur 24, en rotation bien sûr...

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 22:44

Cela se passait en 1962-1963, l'U.S.Navy était engagée dans la guerre du Vietnam et de nombreux " Blue Jacket ", principalement des aviateurs mais aussi des Seals, marines et autres personnels combattant à terre qui se sont retrouvés prisonniers du Vietminh....Il existait des cours de leadership dans toutes les unités et surtout dans les écoles, ces cours consistaient surtout en leçons de patriotisme, d'anti communisme, de préparation à la captivité, du code du combatant U.S. qui disait qu'il fallait se battre jusqu'à la dernière cartouche et ne se rendre qu'après avoir épuisé tous les moyens de résistance, une fois prisonnier ne faire aucune déclaration pouvant aider l'ennemi, résister à la torture morale ou physique; etc...J'étais arrivé là, à Dam Neck, en Virginie parce que le gouvernement des Etats Unis avait décidé d'offrir des missiles sol-air, aux pays de l'OTAN, pour équiper leurs marines...j'avais été sélectionné avec quelques autres, dans la Marine Nationale française, pour suivre une formation sur ce système d'armes dans l'école de missiles de l'U.S.Navy  ...Dans cette formation nous étions trois Français et une vingtaine d'Américain, en tant qu'étrangers nous étions normalement dispensé de suivre les cours de leadership mais, je n'ai jamais su pourquoi nos camarades américains exercèrent sur moi, et moi seul, une grande pression pour que j'assiste à ces cours...l'officier qui les dispensait, le Lieutnant junior grade féminin Miss Payne, approuva très chaudement...je n'osais refuser et suivis donc ces cours, 2 heures par jour, durant un an...on eu droit à de très nombreux enregistrement phonique de prisonniers libérés et deux d'entre eux vinrent même nous faire des conférences...Il était aussi question de renseignement, de secrets et de sécurité...on eu même droit à la visite d'un responsable de l'Office of Naval Inteligence et à la projection de film, des réconstitutions je suppose, d"affaires d'espionages ou les Soviétiques n'avaient pas le beau rôle...

Je ne saurait jamais avec certitude pourquoi mes collègues américains et l'enseigne de vaisseau Payne se donnèrent tout ce mal pour me faire partager ces leçons destinées, à première vue, aux soldats américains... et pourquoi mes camaradres français n'y eurent pas droit ?...

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 18:31

Après l'interminable polémique au sujet du naufrage de ce bateau de pêche et de son équipage les juges nantais ont mis un point final aux différentes fables que les avocats faisaient sortir de leurs imaginations...sur les plateformes pétrolières nous recevons toujours, sous forme d'avurnavs, les avis et coordonnées d'exercices navals, il en est de même sur tous les bateaux dans le secteurt; il est bien sûr recommander de se tenir loin des zones d'évolution, particulièrement de sous-marins mais, encore faut-il respecter ces avis ce que les pêcheurs, particulièrement français, font rarement !......on peut comprendre que les familles aient essayé de croire pendant longtemps que quelqu'un d'autre que les marins était responsable de ce naufrage ....cette réaction est comparable à celle des familles du Boeing de la Malaisian Airways...les sentiments n'ont jamais été ni catésiens, ni logiques...d'autant que là ils sont très fort et compréhensible...enfin, il y a quand même dix ans que ce bateau à sombré !...Quand au mystérieux sous-marin, je pense qu'il tient du Hollandais Volant...un tel accrochage aurait eu une forte réaction sur un sous-marin et celui-ci étant très fragile, l'équipage se serait sérieusement inquièté des dommages qu'il aurait pu subir et aurait certainement chercher à savoir si la sécurité du batiment n'était pas menacée...tout commandant aurait immédiatement fait surface !...quand aux fameux radeau de survie il n'y à que des ouie dire et de nombreux navires perdent ces radeaux en mer, par mauvais temps, et négligent de le signaler...

Cette affaire fera sans doute du bruit longtemps encore et coûtera beaucoup d'argent au contribuables...les politiques subiront beaucoup de pression et, il est à craindre qu'ils essayent de transmettre cette pression sur la justice et essayent, une nouvelle fois, d'interférer avec cette justice...Le fait que l'armateur demande à l'état de reconaitre une responsabilité parce que, dit il, l'état doit assurer la protection des citoyens où qu'il soient dans le monde prouve que son esprit est un peu délabré car, comment protéger des marins pêcheurs qui se mettent souvent dans des situations impossibles, dans de eaux souvent étrangères ou internationales et respectent rarement les rêglementations par ce qu'ils trouvent une nécessité de survie économique !...bien souvent ma vie à été en danger de par le monde mais je ne me prenais qu'à moi même car je m'étais mis dans cette situation tout seul...jamais l'idée ne me serait venu de m'en prendre à l'état...et, dans un cas adccidentel, la responsabilité du chef, en l'occurence l'armateur, est la seule engagée après le décès de tout l'équipage !...

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 15:58

Les avions des deux compagnies charters du pétrole en libye, la compagnie américaine " Lavco " qui faisait voler des C47, un DC 4 et un DC6, et la compagnie belge " Linair " qui utilisait des DC 3 et un Fokker Frendship F27 ...les avions décollaiot à l'aube des aéroport de Tripoli et Benghasi en raison des turbulances au dessus du désert lorsque la chaleur se faisait sentir...il y avait deux à trois heures de vol, parfois quatre, au dessus du désert avant l'aterrissage sur les pistes de sable du désert, beaucoup étaient d'anciennes pistes de la dernière guerre qui avaient été construites pour la Luftwaffe, l'aviation italienne et la RAF...La naviguation s'effectuait à l'estime et à vue, les seules balises étant à Tripoli et Benghazi...Il arrivait qu'à l'approche des terrain peu visibles car de couleur jaune sale comme l'ensemble du désert, l'équipage vienne dans la cabine demander si quelqu'un pouvait les aider à trouver le terrain...Un après-midi, le DC 6 de Lavco se retrouva en panne, au moment de décoller, sur le terrain de la concession 80 d'Agip...La compagnie Lavco envoya le DC4 avec un mécanicien et des pièces de rechange, à l'atterissage, une roue du train avant se planta dans du sablme mou et l'avion fit un tour complet sur lui-même avant de s'arrêter...le pilote, un petit américain entre deux age, probablement retraité de l'U.S.Airforce et ancien du Vietnam comme la plupart d'entre eux, descendit de l'avion fou furieux et tous les assistants eurent droit à un sermon...enfin il repertit avec les passagers, dont moi et, une fois en l'air, les jauges de carburant tombèrent à zéro au bout d'un moment...le pilote et le copilote cherchèrent un endroit relativement plat et posèrent l'avion...une fois au sol, ils vérifièrent les niveaux à l'aide d'une jauge en bois, ce contrôle s'étant avéré satisfaisant l'avion redécolla pour Tripoli où il aterri quelques heures plus tard...un jour de relève je pris place dans un C 47 de Linair au décollage de la concession 105 d'Aquitaine Libye pour qui j'avais effectué le suivi géologique d'un puits d'extension, cet avion était complet mais j'étais le seul passager en bonne santé, tous les autres étaient soit malades soit blessé...un aviopn sanitaire en quelque sorte...cet avion du se poser sur un terrain isolé déservant un chantier d'exploration pour refaire le plein en essence car ces avions utilisaient de l'essence aviation à forte teneur en octane. Après s'être posé et s'être arrèté prés des fûts de 200 litres contenant l'essence, le co-pilote sauta au sol et me demanda de venir l'aider à rouler les fûts jusqu'à l'avion puis, le pilote vint sur l'aile et nous lui passâme le tuyau d'une pompe " japy " qu'il introduisit dans le réservoir...après avoir introduit la pompe dans un fût nous avons pompé l'essence dans les réservoirs dont le pilote mesurait les niveaux à l'aide d'une jauge en bois... une fois le plein fait, l'avion à décollé pour Tripoli où nous avons aterri quelques heures plus tard et après une courte escale à Benghazi...

De nombreux incidents se produiosaient, le train d'un DC 3 se pliant à l'aterrissage, un moteur crachant des flammes longues comme le fuselage, problème résolu par les pilotes une fois au sol, à l'aide d'un fil électrique et d'un bout de caoutchouc, décollage raté pour un Fokker 27 par manque de portance par temps chaud et reprise du sol sur le ventre...un DC 3 de secours qui se posa dans la nuit et pour lequel il fallu marquer la piste à l'aide de lampes à pétrole allumées... 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 06:47
Louis Verveur shared RadioKerne Bzh's photo.
Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 06:46
Louis Verveur shared ouest-france.fr's photo.
Partager cet article
Repost0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 11:09
Partager cet article
Repost0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 07:09

NH90 caïman 2NH-90-caiman-3.jpgNH90-caiman-2.jpgnh-90_article_demi_colonne.jpgLa direction de l'aviation civile a demandé d'interdire les panneaux photovoltaïques dans un rayon de cinq kilomètres autour des terrains d'aviation en raison du grand risque d'éblouissement des pilotes d'aéronef dans la période d'approche avant l'aterrissage. A Crozon il existe un projet de centrale photovoltaïque au lieu dit Kerdanvez qui est à moins de quatre kimlomètres et demi des pistes d'aterrissage de la base aéronavale de Lanvéoc-Poulmic...Cette base est très importante en raison de la proximité de la base de sous-marins nucléaires stratégique de l'Île Longue qu'elle contribue à protéger, à partir de cette base la recherche et le sauvetage en mer mais, cette base pourrait, éventuellement' être déplacée s'il s'avérait que la centrale photovoltaïque était d'une importance capitale...depuis quelques temps, il est scientifiquement reconnu que le photovoltaïque ne présent absolument aucun intéret au nord de la loire, l'ensoleillement, tant en régularité qu'en puissance, étant nettement insuffisant...

Quiconque à volé à bord d'un hélicotère, ou même d'un avion, se rend parfaitement compte du problème et il est même possible de s'en apercevoir en voiture...les miroirs de signalisation sont d'une efficacité telle qu'ils sont préférable à tout autres moyens pour attirer l'attention en cas d'ensoleillement et il est facile de comprendre qu'un pilote recevant cette lumière réfléchie très forte s'en trouve aveuglé et risque de rater un aterrissage...

Partager cet article
Repost0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 05:26

2005-04-20-14.40.42.jpg2005-04-20-14.32.10.jpgLe gaz est pratiquement inexistant, à l'heure actuelle, dans le sol français. La principale source, le gisement de Lacq, est presque totalement épuisé et les seules autres sont les quelques petites réserves stratégiques de gaz d'importation injecté dans des roches réservoir et qu'on ne pourra récupérer que partiellement. Les possibilités d'importation sont très limitées, l'algérie est pratiquement la seule source fiable, la mer du nord est en voie d'épuisement et les gisement hollandais, Groeningen  surtout, en chute rapide...l'approvisionnement d'Algérie, éventuellement du Nigéria et d'Oman devrait se faire par des bateaux qui n'existent pas...seule la Russie peut le faire par gazoduc !...

La présence de gaz, dit de shiste, reste à explorer mais la population s'oppose àn cette exploration qui pourrait s'avérer négative ou, si existante, insuffisament ou pas du tout productive, en outre, et les société américaines s'en sont apperçu, peu rentable et les gisements décevants. Le biogaz est une grande illusion, le biogaz à la ferme est un très lourd investissement et s'avérera très dangereux en raison du risque d'explosion et d'asphyxie par des gaz inflammables et mortels, en outre, un de ces gaz est très corrosif pour les métaux et s'attaque aussi aux caoutchouc et plastiques...dans l'industrie pétrolière on n'est jamais parvenu à rendre les installations parfaitement étanche au gaz et nous gardions, jour et nuit, nos appareils respiratoires à portée de main avec vingt secondes pour les mettre en cas d'alarme " H2S ". La solution serait peut-être de grandes usines de production soumises à une incertitude d'approvisionement de matière première et avec du personnel pafaitement qualifié et entraîner ainsi que des moyens de secours appropriés...

La production électrique éolienne et photovoltaïque sera toujours très aléatoire en raison de sa totale dépendance du climat, sa faible production, son extension très limitée dans des pays où la population est très dense et la totale incapaxcité de stockage pour une exploitation de longue durée à forte puissance...seul reste, pour le moment l'hydrolien qui semble prometteur en raison de la régularité des courants marins mais, sa puissance sera sans doute limitée...

Il ne reste, pour le moment, que le nucléaire dont il faudra accepter les risques mais, la vie n'est-elle pas un rique en elle même ?...

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:09
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de aventurier.over-blog.com
  • : Mon blog est le fruit d'une longue expérience à travers le monde dont je tiens à faire profiter les jeunes et moins jeunes
  • Contact

Recherche

Liens