Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 09:08

En août 1973 mon père mourut alors que j'étais au Nigéria, j'arrivais chez moi deux jours après l'enterrement et après un périple mouvementé : avion surbooké à Lagos puis sortie de piste au décollage à Lann Bihoué et fin du voyage en bus jusqu'à Quimper...je restait quelques temps auprès de ma mère mais le moral n'y était pas...

Fin septembre mon chef, Coustille, à Géoservices, me téléphona pour me demander si je voulais bien aller en Syrie, je bondis sur l'occasion de me changer les idées oubliant l'accrochage entre avions Syriens et Israéliens qui avait eu lieu une quinzaine de jours avant au dessus de la Méditéranée, au large de Lataquié et qui m'avait fait dire que cela risquait de fort mal tourner...

Avant mon départ je rencontrait Jean Coatanlem responsable de l'affaire qui m'expliqua avoir vendu deux labos géologiques de chantier au gouvernement Syrien, que les labos étaient livrés at qu'il fallait les monter et former le personnel Syrien; il me recommenda de faire attention à mes paroles à mes paroles une fois rendu là-bas et que quelqu'un du gouvernement syrien m'attendrait à l'aéroport !

Je pris donc un avion de la " Syrian Arab Airline " pour Damas, le vol se passa sans problème et on aterrit à Damas où, bien sur, personne n'était là pour m'accueillir...un chaufeur de taxi me proposa de me conduire à un hôtel où les hommes d'affaire étrangers séjournaient régulièrement...cet hôtel un peu poussièreux comme tout les hôtels de la région était situé en plein centre de Damas, il y avait un bar avec deux ou trois clients le reste de l'hôtel était aussi correct que tous les hôtels pour occidentaux situés dans les pays en voie de développement.

Le landemain un représentant de la National Oil Company vint me chercher pour me conduire à leurs bureaux où je rencontrait diverses personnes et où on me remit un billet d'avion des lignes intérieures pour le nord est du pays, le départ était prévu le lendemain matin avec une escale technique à Alep.

A l'enregistrement je fis la connaissance du chef de mission de " Shlumberger " en Syrie, un Français qui rentrait à sa base; il me parla de la situation dans le pays et me dit qu'il était le seul Français de sa société sur place, tous les autres étant Pakistanais et que la plus part des mesures électriques étaient éfectuées par les Soviétiques mais que ces derniers ne possédant pas certains matériels les Syriens devaient souvent faire appel à Shlumberger.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de aventurier.over-blog.com
  • : Mon blog est le fruit d'une longue expérience à travers le monde dont je tiens à faire profiter les jeunes et moins jeunes
  • Contact

Recherche

Liens