Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 20:34

   A l'approche de l'aéroport de Koweit-city on pouvait voir les très nombreux panaches de fumée s'échappant des puits en feu, le sable du désert était plus ou moins noiratre, rarement couleur sable...à l'aterrissage cette fumée qui couvrait la ville nous pris à la gorge et nous piqua les yeux, nous allions subir cette gêne pendant des mois...en descendant la coupée de l'avion nous vîmes que quelques uns des personnels au sol, des Phillipins, portaient des masques du type chérurgical qu'on nous avait préciser être de peu d'utilité...Un collègue de la société Horwell, Erick Hajas, m'attendait et, une fois les brêves formalité de police et de douanes passées, me conduisit à l'hôtel où nous devions loger, au centre de Koweit-City...la fumée était partout et, après une nuit de sommeil assez agitée, elle était toujours là à mon réveil...Erick m'emena visiter les bureaux qu'Horwell avait loué à un homme d'affaires koweitien, du nom de Beïdoun et qui s'était rendu dans sa propiété sur la Côte d'Azur pour laisser passer passer la guerre, laissant sa bijouterie aux envahisseurs irakiens...comme il était aussi propriétaire de magasin à l'aéroport de Bagdat, il m'est arrivé de le soupçoner d"avoir été au courant du projet d'invasion à temps pour prendre ses précautions... nombre de ses concitoyens l'avaient imiter ou s'étaient réfugiés dans les émirats au dam des Emirs qui se retrouvaient dans l'obligation de les soutenir financièrement...Le chef de mission et les deux ingénieurs qui m'avaient précédé rentrèrent en France en attendant une signature de contract par la direction de la Kuwait Oil Company, je me retrouvait seul avec un agent administratif qui me servit de guide dans les premiers temps, il me fit rencontrer le PDG de KOC, sa secrétaire, une indienne très jolie, le Sponsor de Horwell et les représentant des entreprises qui devaient travailler pour nous dès obtention du contract d'extinction de puits...il me fit visiter les champs en feu etc...les routes étaient, à l'époque, quasi désertes à l'exception de véhicules et chars de l'armée U.S....

Enfin, la secrétaire du PDG de KOC me téléphona pour me demander de passer au bureaux de KOC car le contract était signé !...Horwell envoya immédiatement les équipes de pompiers qui avaient fat un stage aux Etats Unis et se tenaient prêts...les Américains expédièrent le matériel qui arriva à bord du plus gros porteur du monde, un Tupolev et tout le monde se mit au travail pour monter ce matériel...notre contracteur de génie civil monta un camp et construisit un grand hangar sur la base du champ de Raudatain qui nous était affecté....

Enfin nous étions prêt à attaquer l'extinction du premier puits...la société italienne Saipem nous construisit des réseves d'eau et la société bitannique Royal Ordonance démina les abords immédiat du puits et une voie d'accès, ce déminage était rapide et quelque peu léger..un homme, assis sur le capot d'une land rover, observait le sol et désignait les mines éventuelles qui étaient pétardées par lui et ses collègues...le sable s'étant accumulé contre les têtes de puits en feu, s'était vitrifié et il fallu faire sauter ces carapaces à l'aide de charges creuses de 250 kg d'explosif puis, de refroidir les têtes de puits avant d'introduire des tuyaux pour tuer les puits... Ceci ne posait guère de problèmes si ce n'est qu'à la suite d'une expérience malencontreuse, une charge refusa de partir...comme la nuit tombait et que l'on avait obigation de quitter le champ, l'artificir décida de fixer une ralonge à un manche de pelle, de poser 10 kg d'explosif sur cette pelle et d'aller jeter le tout dans le feu...il battit tous les records de vitesse pour venir se mettre à l'abri avant que les 260 kg de charge n'explose...cet ancien commando de la marine nationale venait de se couvrir de gloire et d'aquérir l'admiration des pompiers américains et des Forces Spéciales présentes...

Le plus gros problème que causait le fumée était la conduite des véhicules quand cette fumée grasse collait au sol...on distinguait à peine la piste avec la fumée et le dépot gras sur le pare brise et comme laplupart du temps elle avait été déminée par des engins militaires adaptés, les mines avaient simplement été rejetées sur les bords..un écart de conduite et s'était la roulette russe...cette fumée grasse nous la respirions et l'avalions presque en permanence...je ne' parlerai pas de l'uranium apauvri, surement très présent, ni des fines particules de sables qu'on rencontre dans tous les désert mais, un an après cette mission, je fis un accident vasculaire célébral et je ne peux m'empêcher de penser que les conditions de vie de là bas y sont pour quelquechose...la population locale subissait aussi cette polution, nombreux étaient les gens, particulièrement les enfants, à ressentir des troubles respiratoires...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de aventurier.over-blog.com
  • : Mon blog est le fruit d'une longue expérience à travers le monde dont je tiens à faire profiter les jeunes et moins jeunes
  • Contact

Recherche

Liens