Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 09:56

Je venais d'être embauché par la société Horwell, société pionnière du forage horizontal, comme superviseur de forage. Comme, malgré ma longue expérience du forage, je n'avais que des connaissances théorique du forage horizontal, Le Pdg de Horwel décida, avec l'accord de l'Institut Français du Pétrole qui était actionaire de Howell mais aussi d'une compagnie pétrolière canadienne dont le Pdg était un Français, ancien employé de Horwell, de m'envoyer en stage sur un forage horizontal, au Canada.

Je pris un vol d'Air Canada, déja non fumeur, problème que je résolu en somnolant durant tout le vol, pour Montreal où je passais le contrôle de l'immigration puis de la douane qui cherchait surtout des plants ou semences interdites d'importation puis, prenait un autre avion pour Calgary en Alberta là je rencontais le PDG de la société pétrolière canadienne dans laquelle l'Institut Français du Pétrole était majoritaire. Il m'expliqua que je devais me rendre sur un appareil de forage se trouvant dans le Satchaskevan où je resterais le temps de forer deux puits., il me fit délivrer un billet d'avion pour Loydminster, petite ville proche des forages. La journée du landemain, que je passais à Calgary, me permis de visiter, sous la conduite d'un compatriote breton installé là bas comme consultant géologue,ville très moderne mais préservant un vieux quartier très beau. 

Le jour suivant je pris un petit bi-moteur qui, après une brêve escale à Edmonton, me déposa à Loydminster... là un pick-up ford m'attendait et je pris la route du chantier qui était situé près des ruines d'un village mort, Winter. Ce village était toujours traversé par une voie ferrée transportant du blé mais peu des batiments en bois, style far west, étaient encore debout. Il y avait la petite gare et l'école mais aucun habitants...
    Nous étions en mai et Il y avait encore un peut de neige au sol et l'appareil de forage était " winterisé " c'est à dire entièrement recouvert et équipé de chauffage. Le camp, distant d'environ 500 mètres, était conçu de maniére à ce que les gens n'aient pas à aller à l'extérieur; des cabines " porta camp ", plus ou moins équivalent aux cabines algéco, étaient rangées côte à côtes et reliées par des couloirs fermés, le tout était bien chauffé. Un restaurant et une salle à manger faisaient partie de l'ensemble et le personnel comportait quelques femmes, Canadiennes française et Russes.

 

La distance jusqu'à la ville la petite plus proche ,et le téléphone, était d'environ cinquante  kilomètres. Sur la route ou piste de cette ville il y avait une ferme et je me suis demandé comment les enfants faisaient pour aller à l'école ou, comment faisait-on quand on avait un ennui de santé ? Un fermier venait régulièrement prendre son petit déjeuné au restaurant du camp, je pensait que c"était aussi pour avoir l'occasion de parler avec quelqu'un. En échangeant la conversation avec lui je compris vite que les cultivateurs français n'ont rien à envier à leurs colègues canadiens, de très nombreuses fermes sont à l'abandon...la terre là bas est surtout sableuse et les rendements très failes d'où les grandes étendues ! Je me promenais quelques fois dans les paturages extensifs où paissaient de rares vaches mais où je fis la connaissance des  "chiens de prairie ", petits rongeurs brun-roux très craintifs et qui se réfugiaient dans des terriers à mon approche mais qui ressortaient aussi tôt la tête pour m'observer...

Les forages, comme tous les forages horizontaux, étaient éffectués à l'aide d'un moteur de fond et guidés, depuis la surface, d'après un capteur de gamma ray qui donnait la proximité de l'argile, le tout couplé à des boussoles et accéléromètres. Le géologue cofirmait le terrain traversé en opbsevant les déblais remontant en surface dans les fluides de forage, il pouvait aussi détecter la présence d'hydocarbures dans ces déblais et des détecteurs de gaz signalaient la présence éventuelles de ces gaz, indiquant des hydrocabures, dans ces fluides de forage. Le réservoir étais, en général, le lit fossile d'une rivière .

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de aventurier.over-blog.com
  • : Mon blog est le fruit d'une longue expérience à travers le monde dont je tiens à faire profiter les jeunes et moins jeunes
  • Contact

Recherche

Liens