Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 09:31

La croisière noire de l'escadre légère faisait escale à Dakar. Un exercice de commando fut organisé pour les sections de débarquement des bâtiments, une compagnie commando fut formée en groupant ces sections. Je faisait partie de la section de l'escorteur d'escadre ( Tartar ) " Du Chayla en tant que chef de groupe de combat formé d'une section de voltigeurs dont j'avais le commandement direct et d'un groupe de pièce armé d'un fusil mitrailleur AA 52, commandé par un quartier-maître chef fusilier marin, d'un matelot tireur et de deux pourvoyeurs ( munitions ), mes voltigeurs étaient armés de fusils MAS 49 56 et moi-même, d'un pistolet mitrailleur MAT 49. Un enseigne du " Du Chayla " était chef de section et avait pour adjoint le second maitre fusilier François Pouliquen; l'autre groupe de combat du " Du Chayla " était commandé par un quartier maître fusilier du cadre spécial..L'ensemble de la compagnie de débarquement était commandé par le lieutenant de vaisseau fusilier Elies et nous étions encadrés et conseillé par des officiers et sous officier du bataillon interames de l'armée de terre basé au Sénégal.

Nous avons embarqué à bord d'un bateau de débarquement d'infanterie et de chars '( EDIC ) qui à beaché sur la plage de Gorée où l'équipage a baissé la rampe et nous nous sommes mis à courrir, mon groupe sur la droite en bas de la plage, celui du cadre spécial dans la même direction en haut de cette plage et les autres groupes dans d'autres directions...au bout d'un moment nous avons reçu l'ordre d'arrêter et, précédé de deux éclaireurs, de nous enfoncervers l'intérieur...le souffle commençais à me manquer mais le cadre spécial, qui était aussi moniteur de sport crachait et toussait abondament...courir dans le sable avec tout notre équipement était un peut épuisant..on progressa dans la nuit en essayant, tant bien que mal, de ne pas perdre de vue les éclaireurs et, après avoir marché quelques heures et traversé une route en essayant de suivre les consignes de silence sans grand succès, l'ordre de halte pour un moment de sommeil rapide fut donné...après casse croûte succint, un tour de garde fut établi et chacun essaya de prendre un peu de repos...durant mon tour de garde les sentinelles firent deux ou trois fois appel à moi, elle croyaient voir des silhouettes se mouvoir dans la brousses...Enfin quelqu'un fit le tour des corps allongés et réveilla tout le monde, on repris notre marche vers l'objectif et, peu de temps après, on arriva en vue de la station radio de Rufisque que nous devions prendre d'assault...nous nous mîmes en position et des " bengalore " ( tubes explosifs ) furent installés,devant chaque groupe, sous les barbelés..à un signal ces bengaloresrent mis à feu et ce fut l'assault..les gens défendant la station commencerent à tirer et mes voltigeurs et moi-même nous empêtrèrent dans des barbelés mal cisaillés...heureusement, le chef de pièce, le quartier maître chef fusilier, réagit immédiatement et ouvrit le feu sur les défenseurs qui nous prenaient à parti ce qui me permis de finir de couper les barbelés à la cisaille...pendant l'attaque on ne sait pas trop ce qui se passe, tout au moins pas à l'échelon d'un groupe de combat, des tirs abondants, des éclatements de grenades...finalement le grand silence et l'instalation en défence pedant que des techniciens étaient supposés démoter le matériel à emporter...A l'arrivée du jour coincida l'arrivée du plastron, la troupe ennemie supposée nous empêcher de repartir...après quelques échanges de tir on décrocha et, avant de monter dans des camions, nous eûmes un débriefing...guère de félicitations, des reproches plutôt, une de nos section, supposée arrêter les libérateurs aurait été complètement détruite dans la réalité...enfin on nous excusa car nous n'étions pas des professionnels !...Le plastronétait composé de parachutistes français et sénégalais, un tout autre calibre que nous mais, il est évident qu'en cas de problème suvenant dans ces régions et nescessitant l'emploi de la force, il faudrait bien faire intervenir les moyens les plus proches quitte à avoir de lourdes pertes !...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de aventurier.over-blog.com
  • : Mon blog est le fruit d'une longue expérience à travers le monde dont je tiens à faire profiter les jeunes et moins jeunes
  • Contact

Recherche

Liens