Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 08:16

Durant mon premier séjour au Sahara, à l'est d'Hassi Messaoud, dans le Grand Erg Oriental, j'ai aperçu d'assez loin, des femmes accompagnées d'enfants, avec quelques ânes portant de vieux pneumatiques de camions sevant de " guerbas " remplis d'eau qu'elles venaient de puiser à quelque puits dans le désert, elles se dirigeaient vers les quelques tentes noires plantées entre deux dunes...c'était des nomades " Chambas "... A quelques temps de là, des enfants vinrent au camp, à Rhourde el Baguel, proposer de nous vendre des gerboise, rats kangourou, sauteurs, amusants et facile à apprivoiser ainsi que de jeunes fennecs renards des sables, jaunes, deplus petites taille qu'un chat, avec de très grandes oreilles et tout aussi facile à apprivoiser ...j'achetais un fennec que je ramenais en France, dans ma poche, en fin de mission.

Je me posais bien des question sur la vie de ces enfants, vivant en plein désert, sous une tente en poil de chèvre, ayant une nouriture très frugale, loin des soins médicaux si ce n'est les quelques plantes médicinales poussant dans le désert et autres remèdes connus des nomades...mais aussi loin de toute école telle que nous les connaissons et de toutes distractions si ce n'est d'éventuels jeux et jouets conçus par eux même ou leurs parents.... Je pris la résolution de leur apporter des jouets si je retournais là bas après mes congés en France...Hélas, bien des années s'écoulèrent avant mon retour dans les parages...

 

Ma seconde rencontre avec des enfants danc cette zone fut lors d'une mission d'audit d'appareil de forage d'une société algérienne pour le cabinet d'études français Horwell, j'étais accompagné d'un ingénieur berbère de la société pétrolière algérienne Sonatrach, d'un superintendant arabe de la société de forage et d'un chauffeur touareg, après avoir visiter l'appareil de forage destiné à l'opération prévue et qui était en cours de modifications à l'ouest de le ville d'Ouargla, où les trois musulmans voulurent faire une prière à la mosquée, pendant laquelle je pus fumer en me cachant car, c'était l'époque du Ramadan, nous traversâme Hassi Messaoud, puis Rhourde el Baguel et, finalement, arrivâmes a la frontière tinisienne, sur un site de forage où un appareil de la même société et du même type creusait un puits d'exploration pour une société pétrolière australienne...le superviseur était français et il disposait d'un avion "Pilatus " pour les liaison avec Hassi Messaoud, ceci pour éviter les risques d'embuscade...Après une profonde visite de cet appareil de forage, ce fut le retour vers Hassi Messaoud par la piste...en cours de route nous aperçûmes un nomade et deux enfants avec un dromadaire et deux ânes...les Algériens décidèrent de s'arrêter pour leur parler, ils se rendaient à un puits d'eau, peu distant de là, pour s'approvisionner..mes collègues algériens décidèrent de le prendre à bord, de se rendre au puits et de tirer de l'eau, avec lui, pendant que les enfants feraient le reste du chemin avec les animaux et les récipients...nous avions fini de remplir les cuves situées près du puits quand bêtes et enfants arrivèrent, tout le monde s'abreuva abondament et le nomade nous remercia chaleureusement avant que chacun ne reprenne sa route ...je pensais a nos enfants qui n'ont qu'à ouvrir un robinet et aucun soucis de manque d'eau..

La troisième rencontre fut lors du premier forage horizontal d'Hassi R Mel, tous les matins je me rendais à la base de Sonatrach, la société pétrolière algérienne pour qui nous creusions le puits, pour faire mon rapport et téléphoner à ma société à Paris. Un matin, au retour, je remarquais un tracteur munit d'un outil griffant le sol argilo-sableux de la vallée d'un oued, non loin, sur les bord de l'oued, se tenait une gamine tenant ce qui ressemblait à une poupée de bois revètue de chiffons...la gamine était nu pied et portait une pauvre robe dont les gamines de chez nous n'auraient certainement pas voulu...elle avait du accompagner son père pour quelque raison...la vue de cette gamine dans ce lieu désertique me fit éprouver quelques sentiments de pitié mais, elle n'avait certainement rien connu d'autre et était sans doute heureuse d'être avec son père...de jeunes collègues, se promenant dans le désert tombèrent sur la tente familiale et le père les invita à boire le thé...mais ils furent étonnés du fait qu'il les servit à une certaine distance de la tente...Je leur expliquais qu'il ne tenait pas à ce qu'ils voient les femmes !...Ah le coran :... 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de aventurier.over-blog.com
  • : Mon blog est le fruit d'une longue expérience à travers le monde dont je tiens à faire profiter les jeunes et moins jeunes
  • Contact

Recherche

Liens