Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 08:12

Je travaillais comme consultant, senior " petroleum engineer " pour la société " Qatar Général Pétroleum Corporation ", consortium de la société Shell International et de l'Emir de Qatar dans lequel l'Emir était, bien sur, majoritaire...j'exerçais ma fonction à bord de la plateforme de forage auto-élévatrice " Maersk Vitory " appartenant à la société danoise " Maersk ", la société Total avait le contrat d'assistance technique et fournissait le supervision forage...les superviseurs de Total avait vu d'un mauvais œil mon arrivée car ils craignaient que j'étais là pour les surveiller et tout rapporter à l'Emir...ils se rendirent vite compte qu'il n'en était rien et qu'en fait j'étais là pour les aider comme il est d'usage chez Shell...Le personnel d'exécution était en majorité composé de Philippins, travailleurs et courageux, et de quelques Pakistanais et Indiens...outre le superviseur de Total et moi qui étions Français, les cadres étaient Britanniques et, bien sur, Danois ...Nous forions sur le champ " North Dome ", le plus grand champ de gaz du Monde, récemment découvert au large du Qatar qui était quelque peu suspecté par l'Ira de lui voler son gaz...à quelques centaines de mètres, la plateforme japonnaise " Hakouriou 8 " forait comme nous avec à son bord un superviseur Qatari qui était une sommité religieuse musulmane et était assistée d'un superviseur de français de Total, ce qui lui permettait d'aller prier " Allah " quand il y avait un problème...le golfe arabo-persique est une zone où les formations contiennent de très fortes concentrations d'hydrogène sulfuré, il y avait des détecteurs partout sur la plateforme et il était très fréquent que ces détecteurs déclenchent l'alarme...la société de sécurité américaine " STOP " avait un spécialiste à bord, ce dernier nous entraînait régulièrement à l'utilisation de nos appareils respiratoires autonomes jusqu'à ce que l'on soit capable de les capeler en moins de 20 secondes....durant les alarmes les foreurs en poste, le technicien fluide, le chef de chantier, le superviseur et moi munis d'appareils respiratoires pouvant se brancher sur les prises d'un réseau d'air passant partout sur la plateforme, restions en action alors que le reste du personnel se réfugiait au point le plus haut, c'est à dire l'hélideck....chacun disposait d'un petit appareil secondaire de façon à pouvoir recharger la bouteille deson appareil principal si l'alarme durait trop longtemps...bien des fois il s'est écoulé plus de 24 heures...

En fin de forage, mon contrat étant terminé, je me préparait à rentrer en France mais, les gens de Total étant tous des foreurs n'ayant jamais effectué de test alors que moi j'avais reçu une formation de " Production Engineer " de Shell et ayant rempli cette fonction pendant de nombreuses années je connaissait parfaitement cette opération...on me supplia de rester en m'assurant que , bien que mon contrat ai prit fin on trouverait un moyen pour me payer...de toutes façon il est difficile de refuser un service à un client.. il fallait tester le puits, pour cela il fallait descendre un outil munis d'une série de charges creuses de façon à percer le tubage en regard de la formation contenant le gaz...Après avoir prévenu la base de QGPC, à Doha, le silence radio fut établi sur les plateformes et le bateau d'assistance pour pouvoir connecter le détonateur électrique aux charges creuses et pendant que l'ingénieur de la société Shlumberger, un Egyptien et ses aides préparaient l'outil et la descente de ce dernier j'allais m'allonger dans ma cabine située sous leur unité en me disant que j'entendrais le treuil dès le commencement de la descente...le temps passant sans qu'il y ait le moindre bruit, je finis par m'inquiéter et me rendit jusqu'à l'unité Slumberger...il n'y avait personne autour et le moteur était arrêté...

je continuais jusqu'au plancher de la sonde et découvrit l'ingénieur, une pince coupante à la main se préparant à couper les fils reliant le détonateur aux charges creuses...l'outil sur lequel les charges creuses étaient fixée se trouvait coincé dans les vannes fixées sur la tête de puits pour le test et la plupart des charges se trouvaient au dessous du plancher de l'appareil et dans le puits...les assistants de l'ingénieur de Shlumberger, des Sri Lankais tentaient d'aider leur ingénier ainsi que l'équipe de forage, cadres Européens et manœuvres Philippins, se tenait autour, très courageusement, prête à intervenir...j'essayait de garder une grosse poutrelle métallique entre les charges et moi...surtout lorsque le treuilliste tirait sur l'outil pour tenter de mettre plus de charges à la surface...A l'aube nous n'avions pas fini de dégager l'outil et le bateau de soutient inquiet de la durée du silence radio, vint faire le tour de de la plateforme de très près pour observer...j'eu des sueurs froides à l'idée que la curiosité pourrait l'amener à rompre ce silence radio mettant immédiatement les charges à feu...

( à suivre )

Qatar, j'y ai travaillé pour des prunes
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de aventurier.over-blog.com
  • : Mon blog est le fruit d'une longue expérience à travers le monde dont je tiens à faire profiter les jeunes et moins jeunes
  • Contact

Recherche

Liens